De la barrière de corail de l'ouest à la beauté du Pilbara.

13/04/2012 - Pays : Australie - Imprimer ce message

 

Après cet épisode fort en rencontres et en émotions, nous revoilà rien que tout les deux. Et comme à chaque fois que l'on se sépare de quelques amis, on se sent de nouveau un peu seuls dans le van !


Nous quittons Perth, et nous dirigeons maintenant vers une autre des curiosités naturelles qui font la particularité du Western Australia. Nous voici dans le désert des Pinnacles.

Une immense étendue de sable ponctuée d'aiguilles qui sortent du sol. La visite suit un parcours faisable à pied ou avec un véhicule. Forcément le van vient avec nous !!

Le paysage nous faisait penser à un décor un peu kitsch de film documentaire sur les dinosaures.

 

        1.jpg       2.jpg

 

Ensuite nous poursuivons la route avec comme prochaine étape la célère Monkey Mia ! Pas de singes dans les environs mais une faune sous-marine incroyable. La “ville” se trouve dans la désormais très protégée Baie des requins classée au patrimoine mondial cependant elle reste célèbre pour ses dauphins qui visitent régulièrement la plage.

La veille de notre arrivée ici, nous trouvons de nouveau une auto-stoppeuse au croisement de deux autoroutes. Le temps de lui demander sa direction, qu'un petit accent français se fait soudain entendre. Nous allons au même endroit alors allons y gaiement. Mais Margaux n'est pas une simple vacancière qui veut profiter des dauphins et des eaux claires de Monkey Mia. Une bien belle promesse d'embauche l'attend à destination, et quel job ! Celui rêvé de tous les backpackers ! Imaginez, être à bord d'un énorme bus qui voyage tout autour de l'Australie avec tout l'équipement fournis : lits, nourriture, ordinateurs, micro ondes, palmes, tuba, 4x4, canöes, etc etc. Ce pour quoi vous êtes payé? Voyager en compagnie d'autres jeunz (qui eux auront payé pour ce tour)... Ah oui et faire les sandwiches pour tout le monde. Dure la vie !

En tous cas nous avons passé un bon moment en compagnie de cette aventurière bretonne qui ne se prend la tête pour rien au monde, notamment à suivre tortues, poissons, raies, et serpent de mer !

En tous cas on ne s'inquiète pas pour elle, la suite de son trip risque d'être colorée vu comme son boss est cool.

 

3.jpg      4.jpg      5.jpg    6.jpg

 

Nous poursuivons.


Arrivés à Coral Bay : comme son nom l'indique est située au tout début de la barrière de corail de l'ouest. Le temps de nous enfiler quelques frites et nous voilà déjà avec masque et tuba à nous émerveiller sous l'eau.

A peine le nez sous la surface qu'un énorme poisson nous regarde avec son plus beau regard de...poisson en passant à quelques centimètres de nous.

Med étant bien meilleur nageur, il me laisse les palmes et nous voilà comme deux enfants à nous montrer poissons-perroquets et autres merveilles sous-marines. S'il est vrai qu'après la rencontre avec la méduse à Espérance et le serpent de mer à Monkey Mia nous étions un peu froussards à l'idée de pousser la baignade un peu plus loin ; à Coral Bay la clarté de l'eau nous met en confiance. Enfin pas trop quand même, on ne sait jamais c'est qu'on ne voit pas si bien à 5 mètres devant soi. Même avec une eau claire. Nous passons quand même de bonnes heures à batifoler avec les poissons multicolores et à plonger au mileu des coraux.

 

8.jpg 

 

Après ce rafraîchissement, direction la pointe de la péninsule et déjà la fin de cette petite barrière de corail : Exmouth. Un peu déçus par les plages qui en offrent beaucoup mois qu'à Coral Bay, nous allons voir le phare au plus haut point de la ville et repartons.

 

10.jpg

 

Le lendemain matin, une longue route nous attend jusqu'à la région de Pilbara. En effet, nous en avons “assez” de la côte, puis il parait que la région dans les terres est splendide et qu'elle renferme un parc national qui mérite vraiment le détour.

C'est donc après une demi-journée entière à rouler non stop depuis Exmouth que nous commençons à voir le paysage se transformer. Après avoir passé le Tropique du Capricorne nous commençons à remarquer qu'il y a un peu plus d'herbes que d'habitude et qu'au fur et à mesure qu'on avance la terre sèche et aride laisse place aux plantes et aux arbres. Le ciel se pare de nuages violacés et enfin des monts et de grosses roches commencent à pousser de part et d'autre de la route. Tiens il fait plus chaud aussi... n'oublions tout de même pas que nous sommes à la fin de la période de mousson.

D'ailleurs on nous avait déconseillé d'aller si vite pour rejoindre Darwin car quelques jours auparavant le cyclone Lua frappait le nord-est du pays. Mais tellement excités par le mois d'Avril arrivant (mais toujours avec précautions quand même) nous fonçons sur les restes du cyclone. Au final, rien du tout la tempête était complètement passée et à part quelques grosses flaques sur l'autoroute, rien de très dangereux.

 

7.jpg        9.jpg       11.jpg

 

Nous décidons donc de nous arrêter un moment au parc national de Karijini. Mais rapidement car le temps continue de presser. Le détour en vaut la peine, nous choisissons sur le plan ce que nous voulons voir en priorité et c'est vers les Fortescue Falls que notre choix se porte. Pas d'erreur, la carte nous mène droit à de splendides gorges orangées en bas desquelles coule une bien belle cascade. Par cette chaleur la baignade est trop tentante, sauf que le temps de retourner au van chercher de bonnes chaussures pour pouvoir prendre le sentier en descente jusqu'à la cascade, et un groupe de 30 personnes batifolait déjà dans cette piscine naturelle. Un peu refroidis, nous prenons quelques photos et repartons.

 

 12.jpg        13.jpg         14.jpg

 

Cependant, dans la bien belle région que nous traversons, nous remarquons qu'il y a peu de monde, nous croisons rarement d'autres backpackers, à vrai dire les seules voitures rencontrées sont celles des très nombreux miniers qui exploitent la région. Ca et des roadtrains immenses, que ce soit en longueur ou en termes de taille globale. Parfois il est impossible qu'un camion de ce type croise la moindre voiture tant il prend de la place sur les deux voies et pourtant il s'agit bien d'axes principaux ! Oui, tout à fait comme une autoroute... ou une importante nationale. Nous devons alors nous arrêter sur le côté le plus possible dès que nous voyons arriver une voiture éclaireur indiquant qu'un “Oversize” est sur le point de prendre toute la place. Le pire c'est encore pour dépasser ces monstres, enfin... les joies de la route en Australie encore une fois.


De là, nous nous dirigeons vers Port Hedland, une ville pas charmante du tout, autant l'esthétique, l'atmosphère, que les gens. Nous passons la nuit bercés par les doux bruits de la circulation, accentués par les gros camions.

Zappons donc jusqu'à notre arrivée à Broome. A partir de là nous commençons à ressentir ce qu'est une chaleur dite “tropicale”. L'air est saturé en humidité, il y a quelques brises mais elles ne vous aident pas à transpirer moins. Bref, nos vêtements sont moites tout le temps donc nous profitons de chaque climatisation disponible pour nous rafraichir, ça plus 2/3 douches par jour.

La ville en elle-même est agréable, tropicale, asiatique. Des palmiers et de la végétation partout, très hippie, tout ce qu'on aime mis à part la plage où nous ne mettrons sous aucun prétexte le pied dans l'eau. C'est encore la saison des méduses (les pires d'entre elles : la box jellyfish et la irukandji) d'ailleurs les panneaux sur la plage font bien de le rappeler. Mais cela n'a absolument pas l'air d'effrayer les quelques baigneurs qui auront succombé à la chaleur... On vous l'avait dit, en Australie la règle c'est “à vos risques et périls” ou “on vous avait prévenu”.

 

15.jpg         16.jpg           P1090934.JPG

 

Soudain, l'orage gronde, il est temps de rentrer. C'est incroyable la vitesse à laquelle le temps peut changer ici. Soleil-Nuages (ou pas)-Pluies diluviennes-Soleil et le tout sous la même chaleur pesante haha. Pas de répis pour les frenchy.

Quasi-dernière ligne droite jusqu'à Darwin. Il nous reste à traverser le “massif” (ouais si on veut) des Kimberleys. On nous avait parlé de cet endroit comme réellement spectaculaire même à deux roues motrices. Mais cela nous a plus paru comme un prologement du Pilbara. C'était très beau et revoir des montagnes après si longtemps fait du bien mais je crois surtout que les beautés secrètes des Kimberleys sont à trouver à l'aide d'un 4x4. Tant pis ça sera pour une prochaine ! Les kilomètres s'avalent vite, l'essence aussi... et à mesure que nous avançons vers Darwin de plus en plus d'aborigènes sont présents dans les villes.

Il faut dire que ce que l'on appelle le Top End (qui comprend l'extrême nord du pays-continent) est l'endroit de la carte où la grande majorité des peuples aborigènes subsistent. Notamment en Terre d'Arhnem qui est l'un des rares endroits intouchés par les occidentaux. En tous cas ces lieux me permettent maintenant d'ouvrir ma quête à la recherche d'un didgeridoo authentique et bon marché!

17.jpg

En attendant nous avons atteint Darwin, et patientons jusqu'à l'arrivée de Romain en faisant trempette dans la piscine. La chaleur nous etouffe ici !


D'ailleurs, le prochain article comportera également le récit de son vécu, il écrira donc en vert pour le plus grand plaisir de tous !


iti.gif


Note: 0/5 - 0 vote(s).
Imprimer ce message
Syndication :
Par isabelle bethys
le 13/04/2012 à 17:13:50
bjr, je pense que vous allez bien, et j'ai pris plaisir à vous lire. J'attends avec impatience les impressions et les photos de Romain.

Je voyage avec vous chaque jour, j'ai mis l'heure de l'Australie sur mon portable!!!

Je vous embrasse, profitez de chaque moment,
que de choses à raconter.....

Isabelle
Par Nona
le 14/04/2012 à 12:55:57
Ouiiii! Des nouvelles nouvelles!
C'est vraiment magnifique, ça donne presque envie d'aimer les poissons!
Prenez soin de vous !

Laisser un commentaire

Copyright © Marika et Mehdi Tous droits réservés. Theme by Laptop Geek adapté pour Kikooboo.