Il est enfin là!

05/11/2011 - Pays : Australie - Imprimer ce message

 

Déjà trois semaines que l'aventure Australie a commencé. Déjà? Non je crois que le mot est mal choisi. Il semblerait que nous sommes là depuis bien plus de semaines que cela!

 

Détrompez vous, l'ennui n'a rien à voir là dedans. Mais nous avons déjà vécu quelques péripéties qui vous régaleront à n'en pas douter. Pour commencer, l'arrivée en Australie a été marqué par la nécessité d'accomplir plein de tâches administratives pas super funky. Obtenir un "Tax file number" (TFN) afin de pouvoir travailler sans être trop taxé, ouvrir une ligne téléphonique, s'occuper du visa, ouvrir un compte en banque...

 

Ma carte bleue Westpac (notre banque australienne) a "oublié d'être envoyée"! Quant à Marika, le site de la TFN lui affirme qu'elle n'est pas encore arrivée en Australie. Tout ça pour vous dire que Brisbane a été, et sera notre hôte pour encore quelques jours supplémentaire. Un problème? Surement pas non, nous sommes, rappelez-vous, dans une ville où la coutume est de ne jamais se prendre la tête.

 

Trêve de péripéties de bas étage, passons au Van. La première vraie aventure, et peut-être une des plus importantes. Les annonces fleurissent, le marché explose, les anciens Road Tripeurs revendant leur véhicule à coup de superlatifs pas toujours très réalistes, les nouveaux arrivants se battant pour être les premiers à saisir le bon plan. La première faune que nous affrontons ne sera donc pas celle de l'Outback (arrière pays), mais celle des acheteurs / revendeurs. Nos critères sont plutôt précis: pas plus vieux que 1990, pas plus de 350 000 km, un minimum d'équipements et surtout un moteur en bon état, accompagné de l'historique des réparations. Via internet, nous épluchons les annonces, téléphonant de temps à autres pour de plus amples renseignements. Les annonces sont variées, les prix varient beaucoup, mais tous promettent de vendre le van idéal. Et voilà que nous tombons sur un van rouge, Mitsubishi, année 94, peu de kilomètres... mais pas de matelas à l'arrière, que des sièges.

 

Nous nous décidons quand même à aller le zieuter, histoire de se faire une idée. Voilà que nous rencontrons Gary, un australien vivant sur la Gold Coast au sud de Brisbane. Après moult discussions, il nous dit qu'il peut nous enlever les sièges et fabriquer un sommier et acheter un matelas, pour pas beaucoup plus cher (essentiellement à ses frais, si si je vous jure). Après réflexions, nous sommes séduits, le moteur est en bonne état, beaucoup de pièces sont récentes... bref, ça sonne bien!

 

Durant les quelques jours nécessaires à la préparation du van (et à notre accord définitif), nous en profitons pour aller visiter les vans vus dans d'autres annonces. Nous tombons sur un allemand qui vendait le sien après avoir fini son road trip. Malheureusement, le rendez-vous se faisait avec deux autres potentiels acheteurs, tous deux allemands aussi! Impossible de faire front, ils ont discuté dans leur langue maternelle et ont scellé un accord avant même que nous puissions donner notre avis. De toute façon, le van n'était pas une bonne affaire au final. Mais souvenez vous bien de ces deux acheteurs allemands, pour la suite!

 

Nous décidons donc de confirmer à Gary l'achat de son van. Travaux effectués (très bon boulot), clef en main, nous lui donnons l'argent et signons les papiers. Nous garons le van, et remontons dans la chambre du backpacker (auberge de jeunesse). Je décide de me connecter une dernière fois sur le site des annonces, juste pour déconner. Après tout, cela fait des jours et des jours que nous observons les petites annonces pour être les premiers à tomber sur l'affaire du siècle. Mais jusque là, rien de transcendant, il y avait peu de chance que cette dernière connexion vienne tout chambouler!

 

Maaiiiiis, nous nous trompions. Bien entendu, la super offre apparaît: Un mitsubishi du même modèle, mais datant des années 2000, avec très peu de km au compteur, etc etc. Nous décidons d'aller le voir le lendemain, juste histoire de, en espérant à moitié être déçus et se voir confirmer l'achat du van de Gary. Malheureusement, ce van est une tuerie. Il n'est pas équipé, si ce n'est d'un matelas, mais la bécanne est ultra nickel, et tout l'historique des nombreuses pièces neuves est là. 2600$ de réparations il y a moins d'un an, le moteur est quasi neuf. DILEMME! Que faire? Revendre l'autre? Oublier celui là et se contenter du premier? 

 

Impossible de nous décider. Nous jouons donc cette décision sur un tirage de poker. Si je gagne, nous prenons le nouveau, si Marika gagne, nous gardons le rouge. C'est donc sur un choix parfaitement adulte que nous abordons joyeusement notre road trip vers le sud, à bord de notre van rouge. C'est à la nuit tombé, alors que Marika roupille et que je suis à l'arrêt qu'une blatte made in Australia d'une taille anormale pour ma compréhension vient chatouiller le frein à main de ses petites pattes. Horreur, nous sortons du van en stress, c'est officiel, nous sommes des fiottes. Après vérification, la blatte avait bel et bien sa famille avec elle. Sale nuit, nous trouvons une chambre après des heures passées à en chercher une, morts de faim / soif / fatigue. Verdict: Pour cela et pour d'autres raisons, nous devons revendre ce van (en le traitant contre les insectes de façon radicale avant, bien entendu). Verdict 2: Le karma n'aime pas le poker.

 

C'est aujourd'hui chose faite. J'écris d'ailleurs depuis le van idéal dont je vous ai parlé plus haut. Nous n'avons pas lutté bien longtemps pour revendre le van rouge qui au final reste un très bon véhicule, très simple à conduire, avec beaucoup d'espace etc (et traité contre toute forme d'insecte désormais). Cela dit, l'autre van faisant l'objet d'une offre vraiment intéressante, il a fallu que nous l'achetions avant même d'avoir vendu le premier. Nous avons donc été propriétaire de deux vans pendant une petite période! En l'espace d'une semaine nous avons donc fait deux achats et une vente de véhicule, plus que la plupart de nos camarades en un an.

 

Anecdote assez folle, nous sommes allé rendre visite aux premières personnes qui nous avaient contactés pour acheter notre van rouge. Et là, nous sommes tombés sur... les deux allemands dont je vous ai parlé plus haut! Finalement, leur compatriote vendeur leur a fait une crasse, et a vendu le vanne à un autre type moins regardant sur la mécanique. Voilà que nous tentions de vendre un van à des mecs qui une semaine plus tôt achetait le leur devant nous!

 

Cela étant, cette aventure nous a permis de rencontrer des gens géniaux, mais ça, vous le découvrirez dans le prochain article qui paraitra peut-être même dans la journée!

 

P1050430.JPG   P1050492.JPG   ma.jpg   Van1.jpg   Van2.jpg   Van3.jpg   Van4.jpg   bus.jpg    pou.jpg    mou.jpg    mou2.jpg    vanrge.jpg    mou3.jpg    rouge.jpg

Note: 5/5 - 1 vote(s).
Imprimer ce message
Syndication :
Par romain le chongi
le 05/11/2011 à 11:43:21
aaahaha les "fiottes" :p
Par Nona
le 05/11/2011 à 14:09:30
Je suis d'avoir avec Romain Vive les fiottes! :)
Par Richard
le 05/11/2011 à 15:15:20
Excellent vos écrits, le style est enjoué, et c'est vachement drôle !
On en reveut !
Bon road trip alors
Par Isabelle de daher
le 06/11/2011 à 21:48:28
Salut Marika et Mehdi

je vous suis depuis le début et bien, je vous trouve très courageux avec toutes les
péripéties que vous vivez.
heureusement que les Australiens sont très
ouverts et qu'il fait beau.
Profitez bien de chaque moment.
Marika , je te trouve en super forme.
Continuez à nous en mettre plein la vue.

Isabelle

Laisser un commentaire

Copyright © Marika et Mehdi Tous droits réservés. Theme by Laptop Geek adapté pour Kikooboo.